Retour

Actualités

Victoire épique du GMT94 Yamaha au Bol d’Or

Victoire épique du GMT94 Yamaha au Bol d’Or

17/09/2017 20:33

Le GMT94 Yamaha, champion du monde en titre, remporte son premier Bol d’Or depuis 2007. L’équipe officielle française s’impose devant le Wepol BMW Motorrad Team by Penz13 et le Honda Endurance Racing qui nous offert un finish historique avec un duel entre Sébastien Gimbert et Lucy Glöckner, pilote allemande du Völpker NRT48 Schubert Motors by ERC.

Ce 81e Bol d’Or restera dans l’histoire comme la seule course de championnat du monde EWC où une femme a défendu sans faiblir ses chances de podium face à un pilote d’équipe officielle. Lucy Glöckner, 27 ans, déjà bien connue en IDM, le championnat Superbike allemand, a tout tenté pour priver le Honda Endurance Racing d’un podium au Bol d’Or. Après 673 tours de course et un duel palpitant à quelques minutes de l’arrivée, Sébastien Gimbert arrache la troisième place de ce Bol d’Or à Lucy Glockner pour moins d’une seconde sous le drapeau à damier.

Carton plein pour le GMT94 Yamaha
Autre fait marquant de cette ouverture de championnat du monde FIM EWC : le champion du monde en titre entame la nouvelle saison en faisant carton plein. Le GMT94 Yamaha cumule les 20 points bonus des classements intermédiaires de 8 h et 16 h avec les 40 points de la victoire et s’installe donc déjà en tête du FIM EWC 2017-2018. Constamment aux avant-postes, les pilotes du GMT94 Yamaha, David Checa, Niccolò Canepa et Mike Di Meglio terminent avec 9 tours d’avance sur la concurrence malgré une panne d’essence.
Wepol BMW Motorrad Team by Penz13 monte sur la deuxième marche du podium après une course épique. Relégué en fond de classement après un premier ravitaillement très difficile, Markus Reiterberger, Alessandro Polita et Danny Webb ont opéré une remontée rapide pour se caler dans le Top 5.

Finish palpitant pour la 3e marche du podium
Le Honda Endurance Racing a donc du bataillé en fin de course pour monter sur la troisième marche du podium. Avant cela, des soucis électriques et un alternateur défaillant avaient retardé Grégory Leblanc, Sébastien Gimbert et Yonny Hernández.
Le Völpker NRT48 Schubert Motors by ERC de Lucy Glöckner, Stefan Kerschbaumer et Jan Bühn termine 4e après avoir touché du doigt une place sur le podium.
Une autre S1000RR, celle du IV Racing BMW CSEU, prend la 5e place avec Karel Hanika, Fabrizio Lai et Julian Mayer.

Le beau parcours du F.C.C. TSR Honda France et du SERT
Le F.C.C. TSR Honda France, parti en 3e position sur la grille, a pris le commandement dimanche matin sur le GMT94 Yamaha. Une chute vers 11 h a ruiné tous les espoirs de victoire de l’équipe japonaise soutenu par Bridgestone et désormais par Honda France. Josh Hook, Alan Techer et Freddy Foray terminent 6e.

Le Suzuki Endurance Racing Team a retrouvé son haut niveau de performance avec la nouvelle GSX-R 1000. Mais la jeunesse de cette machine sur une épreuve de 24 heures a provoqué de multiples problèmes mécaniques et électroniques. Le Suzuki Endurance Racing Team termine 7e.

Le Superstock en 8e position
Le meilleur équipage Superstock, le Tati Team Beaujolais Racing, décroche une superbe 8e place avec Julien Enjolras, Julien Pilot et Kevin Denis après une course sans problème. 9e à l’arrivée et 2e Superstock, le Team 33 Accessoires Louit Moto (Kawasaki) termine à trois tours du Tati Team Beaujolais Racing. 3e dans cette catégorie Superstock, le Junior Team Le Mans Sud Suzuki a fait une belle remontée dans le Top 10.

29 machines à l’arrivée
Cette édition du Bol d’Or a été particulièrement exigeante pour les hommes et les machines. 29 des 59 motos engagées sont passées sous le drapeau à damier et les abandons ont très rapidement touché la tête de course. En tête au guidon de la Kawasaki SRC, Randy de Puniet a eu le temps de signer le meilleur tour en course en 1’58.386 avant de rentrer au box, moteur cassé pour la ZX 10R #11.

D’autres favoris ont été contraints à l’abandon. Le YART Yamaha s’est retiré vers 21 h après avoir plongé en fond de classement suite à la chute de Kohta Nozane. Longtemps aux avant-postes, le Team Tecmas BMW a quitté la piste au cours de la nuit sur casse moteur. Le tout premier abandon a été celui du Team 18 Sapeurs Pompiers après 10 tours de course, moteur cassé. On a vu aussi l’abandon du Maco Racing après le premier quart de la course et une multitude de retraits au cours de la nuit : Yamaha Viltaïs Experiences, Moto Ain CRT et le RAC41 Honda après des chutes, Ecurie Chrono Sport, WSB Endurance et Atomic Motosport sur casse moteur et le Team April Moto Motors Events sur problèmes électriques et électroniques

68 000 spectateurs ont suivi cette 81e édition du Bol d’Or sur le circuit du Castellet soit une augmentation de 5% de la fréquentation par rapport à l’an dernier.

Classement final du Bol d’Or 2017

Classement FIM EWC après une course

Classement de la Coupe du Monde FIM EWC après une course

 

Champion du monde FIM EWC 2016-2017, le GMT94 Yamaha aura deux objectifs en 2018. La priorité reste de conquérir un nouveau titre de champion du monde d’Endurance mais aussi de lancer Mike Di Meglio à la chasse au titre en championnat du Monde FIM Supersport.

Champion du monde FIM EWC 2016-2017, le GMT94 Yamaha aura deux objectifs en 2018. La priorité reste de conquérir un nouveau titre de champion du monde d’Endurance mais aussi de lancer Mike Di Meglio à la chasse au titre en championnat du Monde FIM Supersport.

Les champions du monde d’Endurance FIM EWC 2016-2017 ont reçus leurs médailles d’or lors des FIM Awards dimanche 26 novembre à Andorre qui récompensaient les vainqueurs de tous les championnats du monde FIM de la saison.

Moulins, ville du centre de la France et port d’attache du Yamaha Viltaïs Experiences, était en fête samedi pour rendre hommage au vainqueur de la Coupe du Monde FIM EWC 2016-2017.

Les pilotes féminines sont sous les feux de l’actualité. Au Bol d’Or, le week-end dernier, Lucy Glöckner a enflammé la fin de course dans sa lutte pour le podium. Mais il y avait aussi à l’arrivée l’équipage 100 % féminin du Girls Racing Team avec Amandine Creusot, Jolanda Van Westrenen et Muriel Simorre, et la pilote féminine du Flam Racing, Margaux Wanham.

Les pilotes féminines sont sous les feux de l’actualité. Au Bol d’Or, le week-end dernier, Lucy Glöckner a enflammé la fin de course dans sa lutte pour le podium. Mais il y avait aussi à l’arrivée l’équipage 100 % féminin du Girls Racing Team avec Amandine Creusot, Jolanda Van Westrenen et Muriel Simorre, et la pilote féminine du Flam Racing, Margaux Wanham.

Quatrième à l’arrivée du Bol d’Or, Völpker NRT48 Schubert Motors by ERC a enflammé la fin de course avec un duel épique qui a opposé Lucy Glöckner, pilote de cette BMW allemande privée et Sébastien Gimbert, pilote officiel du Honda Endurance Racing, qui s’impose sur le fil à l’arrivée. Cet exploit s’accompagne d’une victoire en EWC Dunlop Independent Trophy assortie d’une prime de 5 000 €.

Quatrième à l’arrivée du Bol d’Or, Völpker NRT48 Schubert Motors by ERC a enflammé la fin de course avec un duel épique qui a opposé Lucy Glöckner, pilote de cette BMW allemande privée et Sébastien Gimbert, pilote officiel du Honda Endurance Racing, qui s’impose sur le fil à l’arrivée. Cet exploit s’accompagne d’une victoire en EWC Dunlop Independent Trophy assortie d’une prime de 5 000 €.

Le Bol d’Or à deux pilotes est un véritable défi à l’ère des machines modernes. Malgré le forfait de leur 3e pilote juste après les qualifications, National Motos a décidé de prendre le départ avec Emeric Jonchière et Stéphane Egéa.