Retour

Actualités

Les femmes dans la course

Les femmes dans la course

22/09/2017 18:36

Les pilotes féminines sont sous les feux de l’actualité. Au Bol d’Or, le week-end dernier, Lucy Glöckner a enflammé la fin de course dans sa lutte pour le podium. Mais il y avait aussi à l’arrivée l’équipage 100 % féminin du Girls Racing Team avec Amandine Creusot, Jolanda Van Westrenen et Muriel Simorre, et la pilote féminine du Flam Racing, Margaux Wanham.

Alors que le même dimanche à Portimão, la jeune pilote espagnole Ana Carrasco est devenue la première femme à décrocher une victoire sur une course de championnat du monde (Supersport 300), le signal est clair : il faudra aussi compter avec les femmes en compétition moto mondiale.

Lucy Glöckner est aussi entrée dans l’histoire et a marqué à jamais la mémoire de toutes celles et tous ceux qui ont suivi la dernière demi-heure du Bol d’Or sur le circuit Paul Ricard le dimanche 17 septembre.

Lucy, 27 ans, pilote du Völpker NRT48 Schubert Motors by ERC, déjà remarquée en championnat Superbike IDM en Allemagne, a failli être la première femme à monter sur le podium du Bol d’Or. Au guidon de la BMW #48, Lucy a tenu tête à Sébastien Gimbert, 40 ans, trois fois vainqueur du Bol d’Or et au guidon de la machine officielle du Honda Endurance Racing. Sébastien a d’ailleurs salué la ténacité de son adversaire dans ce duel palpitant de fin de course pour la 3e place au Bol d’Or. Après 24 heures de course, Lucy s’incline finalement pour moins d’une seconde devant la Honda #111.

Cinq femmes en piste au Bol d’Or
Lucy Glöckner était sous les feux de projecteurs mais quatre autres pilotes féminines étaient au départ et à l’arrivée du 81e Bol d’Or. Un coup de chapeau particulier est à donner au Girls Racing Team, équipe 100 % féminine. Au guidon de la Yamaha #19, les Françaises Amandine Creusot et Muriel Simorre et la Néerlandaise Jolanda Van Westrenen terminent 19e et marquent leurs premiers points en championnat du monde FIM EWC. L’an dernier au Bol d’Or, le Girls Racing Team avait terminé 23e.

Il faut aussi saluer la performance de la pilote française Margaux Wanham, associée à Fabien Lambert et Arnaud Curtolo au guidon de la Suzuki Flam Racing, 25e à l’arrivée du Bol d’Or.

Un peu d’histoire
Les femmes sont au départ du Bol d’Or depuis 1938 ! La première femme engagée était Mademoiselle Defer. L’année suivante, une certaine Mademoiselle Mary a été la première femme à rallier l’arrivée en 19e position à une époque où le Bol d’Or se courrait à un seul pilote sur l’autodrome de Montlhéry.
Les femmes sont aussi présentes sur les 24 Heures Motos au Mans. La pilote féminine le plus remarquée reste la française Véronique Parisot qui a terminé, comme Lucy Glöckner, au pied du podium de l’édition 1988.

Revivez les derniers tours de Lucy Glöckner au Bol d’Or avec TAG Heuer #DontCrackUnderPressure

Moulins, ville du centre de la France et port d’attache du Yamaha Viltaïs Experiences, était en fête samedi pour rendre hommage au vainqueur de la Coupe du Monde FIM EWC 2016-2017.

Quatrième à l’arrivée du Bol d’Or, Völpker NRT48 Schubert Motors by ERC a enflammé la fin de course avec un duel épique qui a opposé Lucy Glöckner, pilote de cette BMW allemande privée et Sébastien Gimbert, pilote officiel du Honda Endurance Racing, qui s’impose sur le fil à l’arrivée. Cet exploit s’accompagne d’une victoire en EWC Dunlop Independent Trophy assortie d’une prime de 5 000 €.

Quatrième à l’arrivée du Bol d’Or, Völpker NRT48 Schubert Motors by ERC a enflammé la fin de course avec un duel épique qui a opposé Lucy Glöckner, pilote de cette BMW allemande privée et Sébastien Gimbert, pilote officiel du Honda Endurance Racing, qui s’impose sur le fil à l’arrivée. Cet exploit s’accompagne d’une victoire en EWC Dunlop Independent Trophy assortie d’une prime de 5 000 €.

Le Bol d’Or à deux pilotes est un véritable défi à l’ère des machines modernes. Malgré le forfait de leur 3e pilote juste après les qualifications, National Motos a décidé de prendre le départ avec Emeric Jonchière et Stéphane Egéa.

L’Endurance est une discipline exceptionnelle à facettes multiples. Le championnat du monde FIM EWC se nourrit des exploits des pilotes, des équipes, des machines et aussi des manufacturiers pneumatiques. La démonstration en a été faite au Bol d’Or.

L’Endurance est une discipline exceptionnelle à facettes multiples. Le championnat du monde FIM EWC se nourrit des exploits des pilotes, des équipes, des machines et aussi des manufacturiers pneumatiques. La démonstration en a été faite au Bol d’Or.

Le GMT94 Yamaha, champion du monde en titre, remporte son premier Bol d’Or depuis 2007. L’équipe officielle française s’impose devant le Wepol BMW Motorrad Team by Penz13 et le Honda Endurance Racing qui nous offert un finish historique avec un duel entre Sébastien Gimbert et Lucy Glöckner, pilote allemande du Völpker NRT48 Schubert Motors by ERC.

Le GMT94 Yamaha, champion du monde en titre, remporte son premier Bol d’Or depuis 2007. L’équipe officielle française s’impose devant le Wepol BMW Motorrad Team by Penz13 et le Honda Endurance Racing qui nous offert un finish historique avec un duel entre Sébastien Gimbert et Lucy Glöckner, pilote allemande du Völpker NRT48 Schubert Motors by ERC.

Depuis 21 heures de course au Bol d’Or, le Tati Team Beaujolais Racing se bat pour la victoire en Superstock. Cette équipe française sur Kawasaki pointe à la 5e place et domine la catégorie Superstock.