Retour

Actualités

La course des manufacturiers

La course des manufacturiers

19/09/2017 16:33

L’Endurance est une discipline exceptionnelle à facettes multiples. Le championnat du monde FIM EWC se nourrit des exploits des pilotes, des équipes, des machines et aussi des manufacturiers pneumatiques. La démonstration en a été faite au Bol d’Or.

La Kawasaki SRC chaussée par Pirelli a dominé les qualifications, décroché la pole position et enregistré le meilleur tour en course. Pirelli est aussi présent sur la deuxième marche du podium avec Wepol BMW Motorrad Team by Penz13.

Officiellement présent en FIM EWC depuis 2016, Bridgestone a constamment animé la tête de course avec le F.C.C. TSR Honda France. Après avoir bagarré durant plus de 17 heures au Bol d’Or, l’équipe japonaise s’est installée au commandement dimanche matin sur le circuit Paul Ricard.

Dunlop nous a fait vibrer durant les 8 premières heures de course grâce au duel entre le Suzuki Endurance Racing Team et le GMT94 Yamaha et décroche aussi la victoire. Dunlop monte sur la plus haute marche du podium au Bol d’Or avec le GMT94 Yamaha mais aussi sur la troisième avec le Honda Endurance Racing.
Cette troisième place, Honda Endurance Racing a du l’arracher dans les dernières minutes de course au Völpker NRT48 Schubert Motors by ERC, une BMW allemande privée aussi chaussée par Dunlop.

BMW en tête du classement constructeur
Le FIM EWC est donc très ouvert entre les manufacturiers pneumatiques. Il s’ouvre aussi côté constructeur. Yamaha s’impose à l’arrivée mais avec la deuxième place du Wepol BMW Motorrad Team by Penz13 et le Völpker NRT48 Schubert Motors by ERC au pied du podium, BMW (57 points) prend la tête du classement constructeur devant Yamaha (50 points) et Honda (47 points). Suzuki et Kawasaki enregistrent 28 points.

François Ribeiro, Head of Eurosport Events et promoteur du FIM EWC
« Le Bol d’Or a permis de mettre en valeur, pour la première fois sur une épreuve de 24 heures, tout le potentiel des nouvelles machines engagées par Honda et par Suzuki. Les nouvelles CBR1000RR et GSX-R 1000 ont démontré qu’elles sont désormais de redoutables adversaires face aux Yamaha, BMW et Kawasaki. L’intensification de la compétition entre les manufacturiers pneumatiques est aussi un signe très positif. Cette concurrence participe à l’élévation du niveau technique et sportif du FIM EWC. Avec la pole position et le meilleur tour en course, Pirelli avait manifestement amené des produits très performants au Paul Ricard pour le Team SRC Kawasaki. Pour la première fois sur une course de 24 heures, Bridgestone était en tête à quatre heures de l’arrivée avec F.C.C. TSR Honda France mais c’est l’association Dunlop – GMT94 Yamaha qui a montré la plus belle consistance à très haut niveau sur cette course difficile et très rapide, après 3 955 kms parcourus. L’EWC doit rester une plateforme où chaque constructeur et manufacturier doit pouvoir démontrer la valeur de ses produits, de la course à la production. Des courses difficiles et exigeantes comme le Bol d’Or sont une formidable vitrine pour leur technologie. »

Champion du monde FIM EWC 2016-2017, le GMT94 Yamaha aura deux objectifs en 2018. La priorité reste de conquérir un nouveau titre de champion du monde d’Endurance mais aussi de lancer Mike Di Meglio à la chasse au titre en championnat du Monde FIM Supersport.

Champion du monde FIM EWC 2016-2017, le GMT94 Yamaha aura deux objectifs en 2018. La priorité reste de conquérir un nouveau titre de champion du monde d’Endurance mais aussi de lancer Mike Di Meglio à la chasse au titre en championnat du Monde FIM Supersport.

Les champions du monde d’Endurance FIM EWC 2016-2017 ont reçus leurs médailles d’or lors des FIM Awards dimanche 26 novembre à Andorre qui récompensaient les vainqueurs de tous les championnats du monde FIM de la saison.

Moulins, ville du centre de la France et port d’attache du Yamaha Viltaïs Experiences, était en fête samedi pour rendre hommage au vainqueur de la Coupe du Monde FIM EWC 2016-2017.

Les pilotes féminines sont sous les feux de l’actualité. Au Bol d’Or, le week-end dernier, Lucy Glöckner a enflammé la fin de course dans sa lutte pour le podium. Mais il y avait aussi à l’arrivée l’équipage 100 % féminin du Girls Racing Team avec Amandine Creusot, Jolanda Van Westrenen et Muriel Simorre, et la pilote féminine du Flam Racing, Margaux Wanham.

Les pilotes féminines sont sous les feux de l’actualité. Au Bol d’Or, le week-end dernier, Lucy Glöckner a enflammé la fin de course dans sa lutte pour le podium. Mais il y avait aussi à l’arrivée l’équipage 100 % féminin du Girls Racing Team avec Amandine Creusot, Jolanda Van Westrenen et Muriel Simorre, et la pilote féminine du Flam Racing, Margaux Wanham.

Quatrième à l’arrivée du Bol d’Or, Völpker NRT48 Schubert Motors by ERC a enflammé la fin de course avec un duel épique qui a opposé Lucy Glöckner, pilote de cette BMW allemande privée et Sébastien Gimbert, pilote officiel du Honda Endurance Racing, qui s’impose sur le fil à l’arrivée. Cet exploit s’accompagne d’une victoire en EWC Dunlop Independent Trophy assortie d’une prime de 5 000 €.

Quatrième à l’arrivée du Bol d’Or, Völpker NRT48 Schubert Motors by ERC a enflammé la fin de course avec un duel épique qui a opposé Lucy Glöckner, pilote de cette BMW allemande privée et Sébastien Gimbert, pilote officiel du Honda Endurance Racing, qui s’impose sur le fil à l’arrivée. Cet exploit s’accompagne d’une victoire en EWC Dunlop Independent Trophy assortie d’une prime de 5 000 €.

Le Bol d’Or à deux pilotes est un véritable défi à l’ère des machines modernes. Malgré le forfait de leur 3e pilote juste après les qualifications, National Motos a décidé de prendre le départ avec Emeric Jonchière et Stéphane Egéa.